1

Réussir sa culture de légumes bio

Avoir un potager, c’est ouvrir les portes sur la production de légumes bio, bien savoureux, sains et qui ne contiennent ni résidus, ni pesticides. Mais avant d’arriver à une récolte bien juteuse, il est nécessaire de choisir les bonnes semences, s’occuper du sol, etc.

Cultiver des légumes bio demande également une approche générale du jardinage, tendant à la prévention des maladies et des attaques de parasites au lieu de les guérir. Pour cela, vous pouvez par exemple offrir à vos cultures un sol fertile et sain, en suivant des techniques qui favorisent la biodiversité. Je vous propose de découvrir cela dans cet article.

Un sol sain et fertile

               Lorsque vous cultivez les légumes dans de bonnes conditions, vous évitez les risques d’attaques de maladies et de parasites. C’est pour cela qu’il est donc indispensable d’offrir un sol sain et fertile à ses légumes.

drought-780088_1280

               Je vous conseille donc d’analyser le sol de votre potager pour pouvoir connaitre les légumes qui peuvent s’y adapter. Si nécessaire, amendez le sol progressivement si vous avez envie de vous tourner vers d’autre gamme de culture. Vous pouvez par exemple apporter du sable de rivière dans une terre argileuse, ou du compost bien mûr dans une terre sableuse.

               Vous devez également savoir que la qualité de votre sol se base grandement sur sa faune. Les vers de terre sont donc très importants, car ce sont ces derniers qui aèrent la terre. Et ce sont les microorganismes qui assurent la transformation des engrais en éléments assimilables par les végétaux. Vous vous devez donc de préserver ce sol en ne bêchant jamais plus de 25 cm, remplacer la bêche par une fourche bêche ou encore jardinez sans travailler le sol.

               Les légumes bien fertilisés attraperont moins de maladies et ne demanderont pas beaucoup de traitement. Toutefois, pour des légumes bio, il est indispensable d’utiliser uniquement des engrais naturels. Il existe plusieurs types : les engrais verts, le compost et fumier, le sang desséché, les purins de plantes et bien évidemment les engrais biologiques traditionnels.

Le choix des légumes et des semences

               Vous devez cultiver en priorité les légumes qui peuvent s’adapter à votre climat ainsi que votre sol. Veillez donc à demander des informations sur les variétés locales. Ces derniers demanderont un minimum d’interventions de la part du jardinier, entre autres, vous.

               Faites également en sorte que vos semences et vos plants soient bio. Généralement, il est tout à fait possible de s’en procurer localement. Sinon, vous pouvez faire un petit tour sur le site de producteurs spécialisés dans ce domaine.

La rotation des cultures

               Le premier principe du potager biologique est de prévenir au lieu de guérir. Dans cette optique, la grande technique que vous devez appliquer sur vos légumes de potager est celle de la rotation des cultures.

               Cette technique est en fait un très grand classique. Son principe de base est simple : ne jamais cultiver deux années d’affilée dans la même zone du potager une même espèce ou famille de plante.

               En procédant ainsi, vous évitez la propagation des maladies sur les plantes, la prolifération des insectes nuisibles, l’épuisement des éléments minéraux présents dans le sol et également la colonisation des mauvaises herbes.

Les plantes compagnes

               Pour avoir des plants vigoureux et des légumes respirant la bonne santé, certaines associations sont à faire absolument et d’autres au contraire à éviter. Parmi les bonnes associations de légumes, on retrouve par exemple : la carotte et l’oignon, la carotte et le poireau, la tomate et la ciboulette, l’aubergine et le haricot. Par contre, n’essayez pas d’associer : la tomate et la pomme de terre, la pomme de terre et l’aubergine, la carotte et la menthe ainsi que le haricot et l’ail.

               L’association des fleurs avec des légumes est aussi très bénéfique pour votre potager. Cela permet entre autres d’attirer les insectes dits utiles, mais repousser les insectes qui nuisent à vos végétaux et également de lutter contre la pousse de mauvaises herbes. Plantez par exemple des capucines, des cousis ou encore des œillets d’Inde.

Le paillage au lieu des herbicides

               Out l’utilisation des produits chimiques herbicides, préférez plutôt les paillages. En plus d’éviter l’utilisation de produits nocifs, cela offre également plusieurs avantages sur le sol et les légumes bio.

               Il évite par exemple le dessèchement du sol ce qui limite les fréquences d’arrosage. Il modère également la température de la terre dans les deux sens, que ce soit en été ou en hiver. Ainsi, l’activité des micro-organismes sera préservée.

               Cela protège aussi le sol de fortes pluies. Sans les paillis, elles ruissellent sur une croûte formée par le martèlement des gouttes. Avec les paillis, l’eau s’infiltre doucement dans la terre.

               Bien choisis, les paillis peuvent aussi nourrir le sol et optimiser sur le long terme sa structure. À cette fin, vous devez donc privilégier les paillis organiques, tels que le compost, le BRF, les tontes desséchées, les déchets du jardin, les fougères ainsi que les feuilles mortes.

La biodiversité dans le jardin

               Favoriser la biodiversité ce n’est pas seulement faire de votre potager, mais de tout votre jardin un milieu bien vivant dans lequel les équilibres écologiques se mettent en place automatiquement.

merle-552070_1280

               En aménageant, en particulier, les lieux d’accueil pour la faune nécessaire : les oiseaux, chauves-souris, certains mammifères, certains batraciens, certains insectes qui peuvent vous débarrasser naturellement des insectes nuisibles au potager.

               Les insectes pollinisateurs (comme les abeilles, les bourdons, les guêpes ainsi que les papillons) tiennent également un rôle indispensable dans la pollinisation des plants dans votre jardin. Ce qui favorisera bien évidemment le développement des légumes-fruits : les tomates, les aubergines, les courgettes, les courges, les concombres ou encore les poivrons.

Les traitements bio

               Vous devez aussi remplacer les traitements chimiques de synthèse par les traitements 100 % naturels, que vous utiliserez dans les traitements préventif et curatif, selon les situations. Je noterai également que les traitements curatifs bio n’ont pas une action radicale, vous êtes donc dans l’obligation d’inspecter régulièrement les cultures. Dès que vous constatez un signe de maladie, agissez immédiatement.

               Je vous propose de découvrir les principaux traitements bio : les purins et les décoctions de plantes, faits-maisons ou achetés dans le commerce, sont les alliés ultimes dans votre culture de jardin bio.

               L’introduction d’insectes ou de larves utiles dans votre potager, comme les larves coccinelles ou chrysopes, voraces en pucerons est aussi un moyen très important pour la bonne vie de votre potager. Vous aurez le choix entre commander dans les magasins spécialisés ou en obtenir directement dans votre jardin.

 

melissa

One Comment

  1. Les potagers bio sont de plus en plus tendance dans mon quartier et j’aimerai aussi m’y mettre. Mais je ne sais pas si j’aurai le temps de m’en occuper régulièrement. Est-ce que ce sera nécessaire ?

Répondre à Hugo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *